Retour dans les Highlands

highland

Suite de mon cinquième voyage en Écosse dont vous trouverez la première partie ici… Départ de Lewis et Harris au lever du soleil. Nous profitons de la vue sur l’East Loch Tarbert qui nous avait échappé à notre arrivée de nuit. Des dauphins viendront même jouer avec le ferry (attention, deuxième moment d’émerveillement naïf, mais c’est la première fois que je vois des dauphins en liberté !). Nous traverserons Skye en voiture en ne faisant que de courtes pauses pour profiter des vues. Journée plus light aujourd’hui et retour à la civilisation puisque c’est à Glenfinnan que nous allons.

J6 // WINGARDIUM, LEVIOSA !

Pour la seconde fois je snobe le monument commémorant les rebellions jacobites car c’est tout autre chose qui nous intéresse : le viaduc. Alors oui, c’est le viaduc d’HARRYYYYY POTTEEEERRRR !!! Mais l’ouvrage édifié par Robert McAlpine entre 1897 et 1901 constitue aussi un témoignage intéressant de l’évolution des techniques de construction et de l’emploi du béton, avec ses 15 mètres d’envergure et ses…. c’est le viaduc d’HARRYYYY POTTEEEERRRR !!!!

Nous avions pas mal de route à faire dans la journée, aussi nous n’avons fait qu’une courte balade autour du site, mais Glenfinnan vaut bien une journée sur place. Différents chemins de randonnées ont été créés non seulement à côté du viaduc, autour du Loch Shiel, mais aussi dans les bois (balisés sur place).

Pour ceux qui souhaiteraient le visiter, le mémorial Jacobite est géré par le National Trust for Scotland, son entrée est donc incluse dans le pass Travel Trade Discover.

J7 // BUACHAILLE ETIVE MOR : MON DEUXIEME MUNRO

Hier soir déjà, à l’auberge, la rumeur s’était répandue à vitesse grand V : il avait fait un super temps et cela devrait se maintenir encore le lendemain… Je trépigne, je réveil est réglé à une heure très précoce, je veux pouvoir profiter de cette journée si prometteuse ! C’est que j’ai un compte à régler avec les lieux et tout particulièrement avec le Buachaille Etive Mor, « le Grand Berger d’Etive », qui marque l’entrée dans les Glen Etive et Coe, et dont le sommet le plus haut, Stob Dearg, culmine à 1021 mètres d’altitude. Par trois fois j’ai rêvé de le grimper, par trois fois il m’a échappé.

Départ aux aurores, avec en tête de pouvoir profiter des belles lumières du matin. Malheureusement c’est un peu couvert… oui d’ailleurs, c’est quoi ces nuages qui taquinent les sommets ? Non non non ! Je grimperai !!! Départ dans la vallée de Lairig Gartain, entre Buachaille Etive Mor et Buachaille Etive Beag, avant de commencer l’ascension.

Arrivés sur le chemin de crête, il nous faudrait partir à droite pour atteindre Stob na Broige (sommet de 956m) mais les nuages s’y accrochent quelque peu et le cachent totalement. Du coup, cap à babord, vers notre cible principale, Stob Dearg… Que dire du panorama… il est juste à couper le souffle ! De part et d’autre de notre chemin nous avons vue sur Glen Coe, Glen Etive et au-delà ! L’arrivée au point culminant nous ouvrira même la vue sur l’ensemble du Rannoch Moor, d’autant plus que le ciel s’est dégagé depuis le début de notre ascension. J’ai l’impression d’être à la proue d’un navire géant, je me tais, mon pote aussi, nous sommes subjugués et restons là un bon moment, juste à contempler…

Nous descendons par le chemin plus direct mais un rien raide qui passe juste derrière Stob Dearg. Globalement cette randonnée demande d’être rompu à la grimpette et aux chemins chaotiques.

Après Ben Hope, j’ai donc atteint le sommet de mon deuxième Munro (intense fierté !)… et pour Stob na Broige, mais aussi pour le proche Buachaille Etive Beag, je reviendrai !

DERNIÈRE BALADE AVANT LE RETOUR

Glen Coe, ce coin m’a accroché à mon premier passage malgré les trombes d’eau qui me tombaient alors dessus et mon attirance ne fait que se renforcer à chaque séjour. Parmi les endroits où j’aime me rendre, il est un lieu dans lequel je prends à chaque fois le temps de m’assoir tant son calme contraste avec la puissance et l’énergie des sommets voisins : le petit loch Achtriochtan. Il se situe en contrebas de la très passante A82, mais les cars de touristes préfèrent s’arrêter sur le point de vue aménagé face aux Three Sisters, et c’est tant mieux, comme ça je l’ai pour moi toute seule ! (Bon, dans les faits, à mon grand désarroi, un groupe de jeunes touristes fini par le repérer et, ô instinct grégaire, vient se poster juste à mes côtés…)

La dernière balade du voyage nous conduira dans la Vallée Perdue, ou Vallée Cachée (paradoxalement très renommée du fait de son histoire), qui se trouve entre Buachaille Etive Beag et Beinn Flaha, montagne la plus orientale des Three Sisters. La vallée doit son nom à l’étroitesse de sa partie avale et au fait que depuis Glen Coe, elle est ainsi invisible. La végétation, protégée par la morphologie des lieux, foisonne dans la partie avale et la dimension presque intime de ce tronçon contraste avec l’arrivée dans la vallée, plus monumentale que ce à quoi je m’attendais. J’avoue que je me méfiais de cette randonnée vantée par tous les guides touristiques (du fait, me semblait-il, de son nom qui « sonne bien », de sa facilité et de sa faible longueur), mais cet endroit est vraiment étonnant. A faire !


AVANT DE VOUS QUITTER…

Durée de ce road trip de près de 1000 bornes : 9 jours en comptant les trajets en avion

Points de chute :

A Glasgow Airport (Paisley)

B Uig Youth Hostel, Île de Skye (non affiliée SYHA – pas de site internet direct)

C Kerchader/Ravenspoint, Youth Hostel, Île de Lewis and Harris

D Glencoe Youth Hostel

Ferry : Ligne Skye/Harris qui mène de Uig à Tarbert. Compter 82 £ (env. 105 €) pour une voiture et deux personnes. Une autre liaison existe entre Ullapool et Stornoway

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *